top of page
Rechercher

Gastrite

Quésaco ?

La gastrite désigne une inflammation de la muqueuse de l'estomac.



En rappel à mon article sur le reflux gastro-œsophagien, les cellules caliciformes (ou cellules à mucus), nichées dans la muqueuse du tube digestif, produisent un mucus alcalin qui tapisse la muqueuse de l'estomac. Ce mucus permet de protéger la muqueuse de l'estomac des sécrétions acides lors de la digestion. Sans cette protection naturelle, la muqueuse de l'estomac serait rongée par l'acidité de l'acide chlorhydrique aboutissant à des ulcères et atrophies : l'estomac se mangerait lui-même. Plus le mucus est épais, plus la muqueuse est protégée des sucs gastriques.


On distingue la gastrite chronique de la gastrite aiguë.


La gastrite aiguë désigne une inflammation en réponse à une agression aiguë et brutale. La gastrite chronique quant à elle, désigne une inflammation persistant dans le temps résultant de symptômes (de gastrite aiguë) trop longtemps ignorés. Cette dernière est alors souvent asymptomatique. Le corps s'est accoutumé à la douleur. Il suffit d'un élément déclencheur pour la « réveiller ».



Origine de la gastrite ?

• Toxique (Alcool, nicotine, cocaïne, substances corrosives... qui augmentent la production d'acide)


• Médicamenteuse (Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), aspirine, antibiotiques)


• Hypochlorhyrdie/ Achlorhydrie souvent liée à l'utilisation prolongée d'antiacides type inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), antihistaminiques, pansements gastriques. Comme mentionné dans mon article sur le reflux gastro-œsophagien, l'absence d'acidité favorise la prolifération bactérienne et entraine une mauvaise digestion des aliments (protéines, glucides). Ces aliments digérés insuffisamment fermentent voire putréfient. C'est ainsi qu'apparaissent les reflux, gaz, éructations et odeurs nauséabondes (flatulences et selles). À terme, l'intestin devient poreux (hyperperméabilité intestinale).


• Stress

Événement stressant ponctuel (examens, déménagement, mariage, opération, etc)

□ Rythme de vie stressant

□ Mémoire traumatique


• Infectieuse en lien avec une gastro-entérite (diarrhée, vomissement, etc.)


• Bactérienne (Helicobacter Pylori, staphylocoque, streptocoque, Proteus mirabilis, Escherichia coli)


• Alimentaire

□ Produits laitiers

□ Viande rouge/ Charcuterie

□ Sucres industriels

□ Plats préparés/ transformés

□ Épices

□ Café (caféine)/ Thé (théine)

□ Dénutrition


• Allergie


• Virale (cytomégalovirus, herpès) chez les patients immunodéprimés.


En l'absence d'élimination de ces facteurs sur le long terme, la gastrite chronique s'installe.


• Maladie auto-immune (maladie de Biermer) associée à une carence en vitamine B12 occasionnant une anémie mégaloblastique. Elle est qualifiée d'auto-immune car les anticorps de l'organisme s'attaquent aux cellules pariétales ou au facteur intrinsèque localisés dans la muqueuse de l'estomac de son hôte, d'où la recherche d'anticorps anti-facteur intrinsèque ou d'anticorps anti-cellules pariétales dans le diagnostic de la maladie.


Attention : certaines gastrites peuvent être secondaires à d'autres maladies telles qu'une hernie hiatale, une cirrhose, par exemple.



Diagnostic de la gastrite ?

La gastrite est diagnostiquée par endoscopie avec biopsie.


L'endoscopie permet d'évaluer le degré et l'étendue des lésions sur la muqueuse de l'estomac (lésions polypoïdes, aspect en fond d'œil, érosions, ulcères). La biopsie consiste à prélever un morceau de tissu de la muqueuse gastrique pour mettre en évidence la présence de germe (Helicobacter Pylori) et/ou de cellules inflammatoires (type de globules blancs entre les glandes gastriques : infiltrat mononucléé, infiltrats lympho-plasmocytaires, etc).


Ces données permettent de typer la gastrite chronique et sont regroupées selon le Système de Sydney (Sydney System) et la classification OLGA (Operative Link for Gastritis Assessment) et OLGIM (Operative Link on Intestinal Metaplasia).


Le système de Sydney se base sur deux paramètres :


• Un paramètre étiologique avec la recherche et la quantification d'agent microscopique, la précision d'une atrophie glandulaire ou de métaplasie intestinale.

• Un paramètre topographique avec la recherche du siège des lésions (antral et/ou fundique) et leur étendu (localisée/ diffuse/ multifocale).


Source : John Libbey Eurotext

Les gastrites chroniques non liées à Helicobacter pylori


Les classifications OLGA et OLGIM permettent de préciser respectivement le degré d'atrophie et de métaplasie intestinale.



Source : National Library of Medicine

Gastrites chroniques à hélicobacter pylori : évaluation des systèmes OLGA et OLGIM


L'atrophie désigne un "amincissement important de la muqueuse de l’estomac et la disparition partielle ou complète des cellules qui sécrètent l’acide et les enzymes" (Source : Le Manuel MSD). Cet amincissement peut aller jusqu’à la fibrose ou la transformation du tissu de l’estomac en un autre type de tissu intestinal (métaplasie).


Les lésions d'atrophie et de métaplasie intestinale sont des lésions pré-cancéreuses. L'intensité des lésions permet de donner une indication sur le risque évolutif du patient vers le cancer gastrique (patient à bas ou haut risque) et la nécessité d'une surveillance particulière.


Les gastriques chroniques atrophiantes concernent la gastrite à Helicobacter Pylori et la maladie de Biermer.


Les gastrites chroniques non atrophiantes englobent tous les autres types de gastrite (gastrite lymphocytaire, gastrite granulomateuse, gastrite à éosinophiles, gastrite chimique, gastrite collagène, etc.).


Vous l'aurez compris, le type et le contenu des lésions permettent de cibler la gastrite. Par exemple, une atrophie dans l'antre et une métaplasie intestinale peut révéler une infection à Helicobacter Pylori ; un infiltrat à polynucléaires éosinophiles révèle une gastrite à éosinophiles ; un granulome peut révéler une maladie de Crohn ; une muqueuse pseudopolypoïde peut révéler une maladie de Biermer ; etc.



Symptômes de la gastrite ?

La gastrite peut être asymptomatique. Comme mentionné en début d'article, il suffit d'un élément déclencheur pour la « réveiller » (ex: survenue d'un événement stressant).


Elle peut également se manifester sous différents symptômes dont les plus récurrents :


Douleurs dans le haut de l’abdomen

Sensation de plénitude/ ballonnement dans l’estomac

Gaz (reflux gastro œsophagien, éructations/ flatulences fréquentes)

Nausées

Vomissements (avec présence + ou - importante de sang car certaines gastrites sont hémorragiques)

Inappétence

Aphtes récurrentes

Amaigrissement

Selles anormales (pâteuses, collantes)


La naturopathie contribue à minimiser ces symptômes. Pour prendre rendez-vous, vous pouvez me contacter au +33 7 87 05 63 94 ou à bonenfantnaturopathe@hotmail.com.

bottom of page